Mon ange gardien Bénédicte et
d'autres âmes de haut rang




Home
Bienvenue
Livres de Gerda Johst
Actuelle communications
Liens
MÈlange
Archives
Contact
Contact

Un nouvel épisode dans l’histoire de mon “miracle” commença avec
Bénédicte. Elle me parut plus douce, plus tendre, plus indulgente que
Clarisse. Pourtant elle m’expliqua “Je ne suis pas plus indulgente, mais
Dieu le veut ainsi. Il veut maintenant que tu sois guidée avec plus de
douceur mais elle peut se transformer à chaque instant en sévérité, si Sa
Volonté le désire. C’est uniquement Dieu qui te suit par la sévérité comme
par la douceur de ses sentiments”.

Lorsque je demandais si Clarisse était un archange, ce que je supposais
étant donnée sa force, Bénédicte ne répondit pas, mais elle me dit.: “Les
archanges sont gardiens de sanctuaires et guides d’Etat. Au royaume de la
lumière, on leur a confié d’immenses tâches très difficiles, mais ils ne sont
pas plus près de Dieu que tous les autres anges. Les grades des anges ne
sont rien d’autre que la répartition des tâches; cependant, nous avons tous la
même relation étroite avec Dieu et chacun de nous est aussi fort que Dieu le
désire à un moment voulu, car nous sommes tous imprégnés de Sa Force et
de Sa Volonté.”

Vint le temps où Jésus commença à m’envoyer les esprits célestes
élevés qui devaient m’enseigner les connaissances de base de toutes choses
au sujet desquelles Il voulait me donner plus tard des informations et des
messages.

Tout instrument de musique doit être d’abord accordé, avant qu’un
grand maître commence à en jouer. Ainsi devais-je, moi aussi, être
“accordée” avant de pouvoir servir d’instrument à Jésus.

L’année 1978, Bénédicte me révéla beaucoup de noms, me décrivit des
personnalités les plus diverses, leur apparence, leur façon d’être et le
domaine de leur activité et elle m’indiqua aussi les étoiles qui leur servaient
de domicile. Lorsque je trouvais une heure tranquille, elle laissait conduire
ma main par l’un ou par l’autre de ces esprits. J’écrivais à la machine les
informations que je recevais, car les écritures manuelles étaient souvent
difficiles à lire.