Félicité éternelle




Home
Bienvenue
Livres de Gerda Johst
Actuelle communications
Liens
MÈlange
Archives
Contact
Contact

Vous entendez beaucoup parler de la félicité au Ciel. Il vous parait
bien probable que les âmes continuent à vivre dans un monde de lumière;
mais le bonheur de la vie éternelle a été l’œuvre la plus difficile à accomplir
pour Dieu; car le bonheur est comme la lumière et on reconnaît la beauté de
la lumière uniquement par l’ombre et la forme de l’être, les contours de
toutes choses seulement par contraste. C’est pourquoi l’Amour fort de Dieu
ne peut exister sans sévérité, et une vie éternelle sans ordre ni loi.

La plus grande sagesse divine a présidé à la construction du monde de
l’Au-delà. Dieu a choisi des anges d'étoiles et les a chargés de la mise en
route et du maintien de l’ordre d’état, fondement de la vie éternelle, et
condition sine qua non d’une existence qui ne peut prendre fin à la mort.
Cet ordre est merveilleusement établi. Des séraphins agissent en qualité de
guides des âmes humaines au service du Créateur. Ils édifient et
maintiennent le bonheur éternel des humains. L’épanouissement du bonheur
n’est toutefois possible que là où le travail apporte la clarté dans les cœurs,
là où il y a des devoirs à accomplir et là où il y de la diversité. Une
existence monotone, sans activité serait, même dans le plus beau paradis,
insupportable au bout d’un certain temps.

C’est le grand devoir des anges de discipliner la vie des êtres humains.
Ils sont conducteurs de destin dans l’Au-delà, créateurs de destins
particuliers, là où il n’y a ni misère ni danger.

Le temps dans l’Au-delà est différent de celui d’ici. Le principe du
temps présuppose commencement et fin. Nous n’avons que le
commencement, ou pour ainsi dire la naissance, ou encore l’entrée dans
cette vie supraterrestre, mais pas de limite de temps. Il n’y a pas de fin à
cette vie, c’est pourquoi les êtres libérés sont remplis de paix et d’un calme
heureux. Cette connaissance de la sécurité totale agirait de façon très néfaste
sur les êtres humains, s’ils vivaient ainsi abandonnés à eux-mêmes. Ils se
rendraient les uns les autres la vie insupportable, par mauvaise humeur,
s’ils n’avaient rien d’autre à faire que d’être sans cesse heureux. Le bonheur
est, comme déjà dit, comparable à la lumière qui a besoin de l’effet de
l’ombre.

Vous devez ainsi comprendre que les séraphins de Dieu sont fortement
nécessaires au bonheur de la vie des êtres humains. Ils veillent à ce que
chacun soit constamment observé, comme ici! Qu’on n’aille pas imaginer
un contrôle des âmes selon les méthodes d’états totalitaires ainsi qu’on le
relate dans les romans. C’est une observation de l’Amour qui a également
pour objet les êtres de l'Au-delà. Si des signes de lassitude se manifestent
chez les êtres par des changements de caractère, on favorise la distraction en
modifiant les habitudes en conformité avec la règle. Les destins sont guidés,
les relations changées, les devoirs modifiés et ainsi des changements
bénéfiques sont accomplis.

Le monde de l’Au-delà est équipé comme la terre par la même affinité
des éléments. Nous avons donc également au Ciel un magnifique monde de
plantes et d’animaux. Il est toutefois différent de celui de la Terre. Dans
l’Au-delà les animaux existent sans la nécessité de s’entretuer. Les animaux
de la Terre sont des archétypes initiateurs d'âmes, dont sont dérivées les
formes heureuses de l’Au-delà. Ainsi naissent dans l’au-delà ces belles
pensées divines d’une immense variété sans être liées aux lois de la nature
terrestre.

Voyez, la création de la Terre devait s’adapter aux conditions de vie
d’ici-bas. Dans l’Au-delà, Dieu a d’autres possibilités pour maintenir le
monde animal , repris à ce monde terrestre, pour le rendre heureux.

Les chats par exemple qui considèrent ici les souris comme des jouets
et en même temps comme nourriture, sont là-haut aussi gracieux et joueurs
qu’ici; ils ne jouent pas avec des créatures vivantes, mais avec des choses
qu’une nature épanouie leur procure pour conserver le plaisir de vivre.

Dieu a préparé un monde magnifique comprenant des milliers de
merveilles et dans lequel il intégra le monde animal. Des milliers de
merveilles ont été préparées dans l’Au-delà pour les êtres humains et les
animaux par l’Amour que Dieu a pour la vie.

La nature qui croît et fleurit en abondance, comme Dieu ne pourrait la
créer dans les régions de matière lourde, nourrit toutes les créatures
vivantes. Une nature qui porte des fruits tellement merveilleux et tellement
variés que vous ne pouvez vous représenter que dans les plus beaux rêves de
contes de fées.

Vous devez le voir ainsi: l’âme est tout à fait l’image du corps. Chaque
cellule du corps terrestre se trouve dans le corps astral. L'âme est comme
une charpente rayonnante dans votre corps terrestre. Vous ne pourriez pas
vivre sans cette charpente d’âme en vous. C’est ainsi que les fonctions du
corps terrestre sont reprises dans l’être de l’Au-delà.

Dans l’Etat de Dieu on mène une vie tout à fait humaine, naturelle et
réaliste. Le morde animal participe, pour la joie des êtres, à la vie des
sphères claires. Les instincts terrestres, tels que le plaisir de chasser ou de
tuer sont complètement retirés des âmes humaines. Les animaux existent
pour réjouir par leur grâce et leur beauté, leur affection et leur amour, leur
jeux et leur gaieté et pour rappeler aux êtres humains l’unité, le lien et la
parenté de toute la création.

La félicité de la vie éternelle est établie et assurée par l’ordre des anges.
Cet ordre est imposé au monde entier de l’Au-delà. Il n’y a pas de désordre
comme il s’en trouve sur Terre. Les mondes, dans bien des régions, sont
construits par les humains mêmes. Ceci est une contemplation de l’histoire.
Les générations d'êtres terrestres qui se sont élevés ont merveilleusement
construit pour les bienheureux des royaumes semblables à ceux de la Terre.
C’est ainsi qu’on a réservé des lieux du souvenir pour les êtres des
générations de tous les temps.

Un grand miracle des étoiles est le mystère du souvenir de Dieu. Les
pensées divines ne se perdent jamais. C’est pourquoi nous avons dans ces
lieux également des villes terrestres datant de l’antiquité, voire même de
cultures préhistoriques.

Nous avons aussi, matérialisée pour l’éternité, la merveille du reflet de
toutes les pensées divines.

Rien de tout ce qui vient de l’Esprit de Dieu ne se perd. Le passé de la
Terre est un présent éternel. Les bienheureux sont dispensés du Temps.

Une heureuse existence c’est vivre en beauté.
L’éternité est un mouvement sans notion de temps.

Le temps est lié à la fin, au déclin, à la mort. Nous n’avons pas de
fin, pas de mort. Ainsi donc, le temps n’existe plus dans l’éternité. Il reste
le mouvement, car rien n’est en repos.

L’Esprit de Dieu est agitation. Tout alimente cette agitation. Si
l’univers ne recevait pas les pulsations de la force divine, toute vie serait
figée.

Les bienheureux vivent donc sans la notion de temps,
merveilleusement mus par l’impulsion divine et constamment renouvelés.
Cependant les heures passent également dans le royaume des étoiles de
l’Au-delà. Les étoiles ne restent pas en repos. Le ciel se dilate et se resserre
au rythme de l’éternité.

Une pulsation régulière parcourt l’univers. C’est comme une inspiration
et expiration du cosmos. Toute la vie de l’Au-delà dépend de ce rythme.
Ainsi se déroulent des portions d’histoire au rythme du mouvement. Les
devoirs de la vie sont remplis, puis à nouveau imposés et à nouveau
remplis - il n’y a jamais de repos.

Des soleils illuminent également les planètes de l’Au-delà. Les
périodes de rapprochement et d’éloignement de ces soleils créent une
diversion dans le monde des bienheureux de sorte qu’il y a également des
hivers et des étés.

La beauté apparaît partout où Dieu se rend. Voyez combien les
créatures de Dieu sont belles sur Terre, insérées dans les conditions
d’existence terrestre! Combien sont beaux les êtres liés au temps, héritiers
des merveilleuses idées divines. Si ces pensées arrivent aux sphères de
l’existence supraterrestre, si elles entrent dans la vie éternelle, elles seront
libérées de toutes les imperfections liées au temps.

Si les êtres bienheureux rayonnent dans la lumière de Dieu dans
l’éternité, ils sont tout de même liés au commandement sévère de Sa
volonté. La volonté de Dieu est la loi suprême.

Tous les êtres humains de ce monde et du monde de l’Au-delà sont
observés. Une image complète de l'âme de l’être humain terrestre est réalisée
grâce à une observation de ses pensées, de ses paroles et de ses
actions. Dire que “Dieu entend et voit tout” n’est pas un conte pour enfant,
c’est la réalité. C’est ainsi que se trouve figée la valeur ou la non-valeur de
l’âme, par l’observation et l’examen de la vie entière.

Les bienheureux sont entrés au Ciel en tant qu’êres libérés et de haute
valeur. Leurs âmes n’y seront plus examinées selon la valeur ou la non-
valeur. Ils sont libérés pour l’éternité, donc libérés de la réincarnation. Ils
vivent indépendants et libres. Personne ne les contraint par des ordres et
pourtant les vibrations de leurs cœurs sont observées. Ces vibrations sont
enregistrées par des récepteurs spéciaux. C’est en quelque sorte un contrôle
“sanitaire” de l’âme.

Si les émotions d’un être humain, dont l’âme est lourde, le perturbe,
ont interviendra alors sa vie. Ces caractéristiques qui mettent en danger
le bonheur de l‘âme humain seront mises en lumière et des anges
interviendront tels des juges.

Un fort lien d’amour unit tous les êtres de l’Au-delà et pourtant le
bonheur peut être menacé. Des signes de lassitude peuvent apparaître de part
et d’autre, à force d’être ensemble, des perturbations peuvent naître de la
routine habituelle et d'autres semblables. Par une sévère justice
divine on reprend dans ces cas le bonheur quotidien habituel. On lui
construit un nouveau bonheur et l’être est reconduit à la lumière à travers
l’ombre. Les dispositions des anges ne sont même pas aperçues. Des
circonstances et des événements contraignants du destin donnent à la vie
force et nouvel élan.

L’Amour de Dieu et la sagesse de Dieu sont de loin au- dessus de tout
ce que les êtres humains peuvent penser et comprendre.